Nuit insolite en cabane !

Nous aimons beaucoup vivre des moments à part. Profiter de ce que la nature nous offre. Alors quand, cet hiver, Emilian a proposé de faire une nuit en igloo, nous avons sauté sur l’occasion.

La vague de neige qui a recouvert la Franche Comté avant Noël 2021 laissait augurer une bonne occasion pour mettre en pratique ce rêve un peu foufou. Des problèmes techniques sur le van, les fêtes de fin d’année, le mauvais temps et la fonte un peu rapide du manteau neigeux ont quelque peu écorché nos envies.

Ce n’est pas grave, si nous ne pouvons faire une nuit sous igloo, allons faire une nuitée dans une cabane en montagne !

Des cabanes ?

Nous avons déjà eu l’occasion Sophie et moi de dormir en refuge ou en cabane dans les Vosges, les Alpes ou les Dolomites (à lire ICI ou LA). Dans les Vosges nous avons déjà fréquenté les refuges du Club Alpin ou du Club Vosgien.

Nous avons eu l’occasion de passer de très bon moments en sortie dans ces refuges, en été comme en hiver.

La cabane au fond du jardin.

Sans aller forcement trop loin, nous avons la chance d’avoir dans le massif vosgien une série d’abris, de cabanes ou de refuges accessibles et gratuits.

Dans la vallée de la Doller, par exemple, c’est pas moins de 16 abris, auvents de protection ou cabanons qui sont à la disposition des randonneurs. Certains font partie d’un programme initié entre autres par la communauté de communes et le Club Vosgien locaux. De ce projet, dix chalets en bâtis en mélèze et en épicéa ont été construits selon la technique de la « fuste ».

Des photos que vous pouvez retrouver sur le site du Club Vosgien de la vallée de la Doller.

La technique de quoi ?

La fuste est une technique de construction en bois. Les murs sont assemblés avec des troncs bruts juste écorcés. Il s’agit d’une très ancienne méthode largement utilisée dans les pays nordiques. Il existe aussi un certain savoir-faire dans les pays d’Europe de l’Est.

Chaque tronc garde ainsi sa forme et ses courbures naturelles, ce qui rend chacune de ces constructions en bois empilés unique et originale. C’est tout l’art du fustier que de choisir et d’orienter chaque tronc prenant place dans la construction.

Les essences de bois proviennent généralement de la vallée de construction. Le fustier se veut aussi écologique, l’ensemble des déchets issus de la coupe et de la taille sont généralement recyclés.

Elles sont où les cabanes alors ?

Voici une image représentant les différents abris (fermés ou non) présents dans la vallée de Masevaux et dans le fond de la vallée de la Doller.

Carte des cabanes issue du site Vallée de la Doller (non officiel)

Vous retrouvez également une fiche PDF (téléchargeable) des chalets de la vallée.

Pour aller plus loin, voici le lien vers la carte interactive du site internet Haute Vosges Alsace.

Attention, il est important de rappeler que les cabanes de la vallée de la Doller, comme beaucoup d’autres cabanes des Vosges, ne sont accessibles qu’à pieds. Leur accès est gratuit. Si l’espace est déjà occupé à votre arrivée, il faudra partager ou pousser un peu plus loin jusqu’à la prochaine cabane. Certains chalets vosgiens, propriétés du Club Vosgien ou d’autres organismes, demandent une réservation, voire un droit d’accès. Renseignez-vous.

Et pour le reste des Vosges ?

Il existe un grand nombre de cabane dans le massif des Vosges. Si vous voulez programmer votre virée, nous vous proposons de faire vos recherches sur l’outil « recherche » du site Refuges.info. Il est très complet et permet d’affiner la recherche avec des filtres.

Cerise sur le gâteau, ce site internet propose bien plus que les Vosges. Attention à bien identifier votre besoin. Une cabane n’est pas un abri, qui n’est pas un refuge, qui n’est pas non plus un refuge non gardé, qui n’est pas un gite d’étape…

L’aventure en famille !

Cette fois-ci, la donne change un peu, c’est Emilian, notre baroudeur en herbe de 10 ans, qui demande à partir à l’aventure. La neige n’étant pas au rendez vous, il faut se rabattre sur une autre solution. La cabane semble être le bon compromis, ne reste plus qu’à trouver la bonne.

Notre coup de cœur sera celle au-dessus du lac d’Alfeld. La marche d’approche est estimée à 45 minutes. Son emplacement sur un promontoire laisse envisager une superbe vue au levé du jour. La montagne juste au-dessus laisse une large fenêtre pour prolonger la balade le lendemain.

L’après-midi sera destiné à préparer nos affaires à la maison. Etant trois à partir, chacun aura un sac à dos. Nous prenons de quoi être à l’aise : vêtements de rechange, tapis de sol, sac de couchage, nourriture et popotte. La cabane n’est pas équipée de dortoir, il faudra improviser un couchage au sol. Si nous sommes relativement bien équipés Sophie et moi en produits techniques et peu encombrants… une personne en plus c’est tout de même du volume en plus…

Voici donc le parcours que nous envisageons… et qui sera effectué sur les deux jours.

Ne reste plus qu’à s’y mettre. Nous quittons la voiture stationnée au pied du lac d’Alfeld à 16h40 en direction de l’imposante cascade Wasserfall (qui veut dire chute d’eau en allemand).

La nuit est arrivée très vite et la suite du chemin se fera dans l’obscurité.. dommage pour l’arrivée au chalet qui « en jette » en plein jour.

Une fois sur place, rassurés que la place ne soit déjà prise, nous nous installons pour la soirée jeux et le repas.

Pas d’électricité sur place, pas de plaque de cuisson non plus. Il faut faire simple. Les bougies et le vieux fourneau à bois seront nos seuls sources de lumières et de chaleur. Le risotto aux champignons n’est que meilleur dans ces conditions. Avec une petite bouteille de bière en guise d’apéro.

Il ne faudra pas non plus oublier la petite étape de recherche de bois pour le fourneau. Si du bois sec était déjà à disposition, il est de bon aloi d’en chercher pour que les suivants puissent aussi en profiter. Heureusement, nous avions emporté de quoi maitriser cette étape sans souci.

Après une belle soirée, place au dodo. Sophie et Emilian prendront possession du sol avec une bâche et des tapis de sol auto-gonflables. Pour ma part, je tente une nuit en hamac. Des crochets aux murs nous laissent penser que ce n’est pas la première installation du type.

Notre petit toutou raffole de ces moments privilégiés où les codes de la maison n’ont pas effet… et la nuit se fait tout contre ses maitres.

La promesse d’un matin hors norme est au rendez-vous. Le soleil nous permet de prendre le petit dej en terrasse.

Rien que pour le plaisir, en revenant d’un moment toilettage et vaisselle au ruisseau, nous n’avons pu résister au plaisir de faire la photo du chalet sur le chemin d’arrivée… C’est tout de même plus classe sous le soleil que de nuit.

Avant de finir de ranger les affaires, profitons du soleil pour faire des photos à l’intérieur du chalet en mode « jour ».

Il est déja temps de ranger nos affaires, de faire un petit coup de nettoyage dans la cabane pour laisser l’endroit accueillant pour les suivants et de reprendre la route en direction du point de vue du lieudit Obere Wasserfall.

Nous avons vraiment adoré ces paysages de carte postale, les couleurs de l’hiver sur ce versant du ballon d’Alsace étaient magiques. Ces kilomètres de murs en pierres qui ont passé les dernières décennies et qui reflètent encore une activité riche en montagne sont incroyables.

Le retour au parking se fera par l’ancienne marcairie du Neuberg. Une ferme d’alpage qui est restée en activité jusque dans les années 30. C’était la dernière ferme d’alpage du secteur.

Nous voici déjà de retour à la voiture. La boucle complète fera 9,6 km pour 489 m de dénivelé +.

Une petite parenthèse entre les fêtes qui nous aura vraiment dépaysé. Une chouette balade et des paysages à couper le souffle. Il reste encore un bon nombre de cabanes à découvrir, nous y retournerons, c’est certain.

Un grand merci aux bénévoles qui entretiennent ces cabanes, aux randonneurs qui en respectent l’utilisation.

S’il n’est pas possible de faire de réservation, la meilleure façon de se garantir la disponibilité des lieux est d’arriver très tôt sur place. A notre arrivée au parking, nous avons réussi à voir de loin que des occupants étaient déjà sur place… pour un pique-nique de midi ou la préparation du réveillon du 31 décembre, qui sait ?


Infos utiles

Lien vers le site du Club Vosgien de la vallée de la Doller par ICI.

Lien vers le site des Hautes Vosges Alsace pour préparer votre sortie par LA.

Lien vers la Communauté de Communes de la vallée de la Doller.

Lien vers le chouette blog de Vosges qui peut qui vous donnera de bonnes idées de rando et qui parle également des cabanes dispos dans les Vosges.

Lien vers la section « Vosges » du site Refuges.info.

Lien vers l’accueil du site Refuge.info.

Lien vers la Fédération des Artisans Fustiers.


En espérant que ces quelques lignes vous aurons plu. Ne pas hésiter à Commenter et à Partager

Abonnez-vous à ArnO pour suivre nos aventures !

Retrouvez-nous aussi sur Facebook !

2 commentaires sur “Nuit insolite en cabane !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.