Le savon ça glisse !

Un produit pour le corps, un produit pour les cheveux, un produit pour la vaisselle, un produit pour le textile, un produit pour le sol, un produit pour nettoyer le produit qui détache. On pourrait poursuivre comme cela longtemps, mais il y a plus simple. Le savon c’est bien et cela remplace bon nombre de produits chimiquement exotiques.

Cela fait bien longtemps que nous ne trouvons plus dans les placards de notre maison autre chose que du savon. Par principe et par économie, nous avons depuis plusieurs années supprimé bon nombre de produits de ménage, d’entretien ou d’hygiène par du savon. Le savon a une multitude d’utilisations possibles. Pour l’hygiène corporelle, pour le ménage, pour la vaisselle…

Nous avons commencé à faire le « ménage » dans nos produits lors de nos treks en montagne, avec le retrait des pastilles purifiantes de nos sacs à dos à lire ici Jamais sans mon H2O. Puis les réflexions vers le principe de « zéro trace » et « zéro impact » nous ont naturellement fait glisser sur les produits d’hygiène un peu de lecture ici aussi Mon caca à moi. Nous avons essayé plusieurs produits du commerce lors de nos treks. Des savons liquides tout en un, ceux qui lavent le corps, les cheveux, la vaisselle, les habits… et qui en fait ne font pas grand-chose et laissent de belles traces de gras sur les couverts. Nous avons essayé les shampoings secs, ceux en poudre qui ne devraient pas laisser de traces, enfin sur le papier.

Non satisfaits des résultats et de l’impact laissé sur notre environnement, nous avons continué à chercher. Sur le net, en échangeant avec d’autres randonneurs. Et là, le déclic, « mais tu sais que le savon naturel c’est juste un corps gras, de l’alcalis et de l’eau… s’il n’est ni parfumé, ni coloré, c’est pas un problème pour la dissolution dans la nature » me dit un ami amoureux de la montagne qui tient un beau petit magasin à Belfort (lien en fin d’article).

Et c’est vrai que du savon simple, naturel, sans colorant, c’est juste

  • un corps gras : graisse ou huile
  • des alcalis ou des lessives : soude caustique ou potasse caustique
  • de l’eau.

Sachant que 2/3 de la constitution c’est le gras… cela ne laisse que peu de place pour le reste. Pour ce qui est des produits, le savon de Marseille véritable est composé d’huile d’olive, il va de soit que toute production à base d’huile de palme est à proscrire. Pour ce qui est des produits annexes comme parfums, colorants et stabilisants, il est bon de les éviter dans notre usage nature.

En poursuivant les recherches, je trouve qu’effectivement la dissolution et la disparition de ce savon naturel dans un ruisseau et globalement dans la nature ne laisse pas de trace.

Comme le soulignent les chercheurs en herbe (et ce n’est pas péjoratif) du lycée Saint Paul lors d’un TPE de fin d’année 2016 :

Un savon naturel basique (sans additif) est 100% biodégradable si les proportions de soude et d’huile sont respectées, ainsi on ne retrouvera pas ces ingrédients après le processus de saponification.

Après utilisation, le savon est ensuite décomposé naturellement par des micro-organismes (bactéries, champignons et/ou algues), en présence d’humidité, d’oxygène et de chaleur.

Pour voir l’article complet c’est par ICI

C’est ainsi… que le savon dur, neutre et sans parfum est devenu notre partenaire de rando, de vadrouille en van et à la maison.

Alors c’est certain, pour sentir bon la rose, le litchi ou la papaye après la douche, vous allez pouvoir revenir. Mais au moins, vous serez propre. Lors d’un de nos achats à l’étranger, nous avons trouvé un savon neutre qui sent naturellement… le vieux ! Ou en tout cas une odeur qui nous projette tout de suite 40 ans en arrière dans la salle de bain de grand maman.

En van ou en rando, nous nous lavons et shampouinons les cheveux, nous nettoyons les vêtements et faisons la vaisselle (d’où l’intérêt de ne pas avoir un savon parfumé pour la vaisselle).


Il nous a souvent été demandé comment nous faisons pour la douche et l’hygiène en raod trip. Où se laver, comment le faire discrètement, a-t-on simplement le droit de se laver dans la nature?

Il n’existe pas à proprement parler, en France, de règlementation qui régisse la douche ou le fait de se laver dans la nature. Ce n’est pas une raison pour faire n’importe quoi, n’importe où.

Peut-on pour autant vivre nu dans la nature? Peut-on prendre une douche derrière un buisson? Il faut juste faire attention à ce que l’on fait, rester prudent, rester discret. L’article L. 222-32 du Code pénal français interdit « l’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible au regard public ». La loi limite donc le naturisme à des lieux strictement privés ou spécifiquement aménagés à cet effet. A ne pas confondre, dans le sens inverse avec le voyeurisme, qui lui est un délit passible d’un an de prison et de 45 000 € d’amende.

Voici quelques règles que nous appliquons le plus souvent et que nous préconisons pour les moments d’hygiène et de lavage (vaisselle ou linge):

  • Ne pas utiliser de produit autre que du savon neutre biodégradable à 100%, dur, sans parfum et sans additif
  • Ne pas être trop proche d’une zone de captage (100m environ)
  • Dans un ruisseau, ne pas être en amont de votre zone de baignade ou de puisage
  • Se tremper dans l’eau puis se savonner sur le rivage pour ne pas laisser le savon dans l’eau
  • Dans la mesure du possible se rincer avec un récipient en dehors de l’eau, mais pas directement dedans
  • Pour la vaisselle, ne pas vider les fonds d’assiette ou de casserole dans une eau stagnante, une fontaine ou un trou d’eau sans débit (un restant de pâtes au fond n’est pas cool pour le suivant)
  • Se renseigner dans le cas d’une zone natura ou d’un parc protégé
  • Dans tous les cas être discret et préserver son environnement
  • Ne pas laisser de trace derrière soi

Nous avons aussi appris à nous doucher avec un maillot de bain, quand le moment de la toilette est sur un bord de lac un peu trop fréquenté. Quand le temps ne le permet pas, nous avons aussi la technique de la toilette de chat dans le van avec un petit bol d’eau et un gant de toilette. Ou si ce n’est pas possible, l’utilisation de petites lingettes de bébé. Attention, si vous visez les zéro déchet, c’est loupé. Mais la lingette permet de vous sauver la mise par moments. Dans ce cas, nous privilégions les lingettes petit format, douces et sans produit trop chimique (voir pas du tout) du type de celles pour les fesses de bébé. Attention, certaines lingettes laissent une sensation collante.

En termes de technique, rien de bien révolutionnaire. Quand nous ne nous plongeons pas dans les lacs ou les rivières et que la toilette de chat a ses limites, nous avons une douche solaire. Les premières années, nous avions une poche noire de la marque CAO d’une dizaine de litres (en photo un peu plus haut). Le principe est simple : vous remplissez d’eau (pas complètement en fait), vous laissez au soleil 2 à 4 heures suivant l’ensoleillement, vous ajoutez de l’eau froide pour ajuster un peu la température de votre eau. C’est bête, mais l’eau peut vraiment monter très haut en température dans ce genre de poche… la douche peut vite se transformer en épreuve de force si c’est trop chaud.

Il y a aussi des moments comme en Camargue ou en Sardaigne en hiver nos récits à lire Aller/Re’Tour ou Seuls au monde où le ciel et le vent ne sont pas favorables, dans ce cas nous faisons bouillir une casserole d’eau et ajoutons le même volume d’eau froide dans la douche solaire.

Nous avons depuis changé le système de douche. La poche noire ne peut fonctionner que par gravité, cela oblige à accrocher la douche en hauteur et ce n’est pas toujours possible. Aujourd’hui, nous avons une douche solaire à pression avec pompe BRUNNER Splash, 15 litres. Elle vient de chez Sérial Kombi, mais CAO, TRIGANO ou d’autres encore font le même produit.

Ce produit a un avantage, celui de pouvoir rester au sol dans la douche avec nous. Il suffit de pomper avec le pied pour avoir de l’eau au robinet.

Petit retour d’expérience sur la douche à pression de marque CAO. Après notre poche noire et avant notre Brunner, nous avions acheté une douche à pression CAO de 12 litres et très vitre, les soudures ont lâché et ont fui. Sans doute une mauvaise série.

Concernant la consommation d’eau, avec le temps, nous avons appris à être économes. Notre jerricane d’eau potable de 15l nous suffit pour deux voir trois jours à quatre personnes pour l’hydratation, l’alimentaire, la cuisson et la vaisselle. Nous arrivons maintenant à nous brosser les dents à quatre avec un gobelet d’eau comme seule consommation. Pour la douche, c’est pareil. Notre douche solaire de 15l nous suffit pour quatre douches ou deux douches avec shampoing. Des fois, en faisant un effort on arrive même à garder un peu d’eau pour une vaisselle avec de l’eau encore tempérée. Imaginez les économies que nous faisons en rentrant à la maison en gardant ces habitudes.

Pour garder l’intimité dans notre douche, nous avons aussi une cabine de plage de chez Décathlon. Ca prend un peu de place dans le coffre, mais ça reste très pratique. Et cela peut aussi servir à la plage pour se changer discrètement.

Nous avons ajouté dans le sac de la cabine un petit carré de caillebotis en faux bois. Il permet de ne pas avoir les pieds directement au sol durant la douche. Nous mettons juste devant la cabine une chaise avec les affaires pour la sortie et avons fréquemment les sabots aux pieds pour le séchage.


A la maison, le savon est notre partenaire de douche, du lavage des mains et de la vaisselle aussi. Nous n’avons plus de produit vaisselle depuis 2015. 

Pour les sols, nous utilisons un mélange de savon noir, d’huile essentielle de Palmorosa pour l’aspect antibactérien et d’huile essentielle de citron qui est purifiante et assainissante. Alors oui, pour anticiper certaines remarques… le savon en utilisation sur les sols a tendance à laisser un léger voile. Désagrément qui se corrige souvent par un second passage à l’eau claire.

Pour les surfaces vitrées et autres plan de travail, une préparation à base de morceaux de citron et de vinaigre blanc est relativement efficace.

Durant quelques temps, nous avons remplacé le produit de nos lessives par un mélange liquide de savon fondu dans l’eau et d’huiles essentielles. Du savon en copeaux, qu’il faut chauffer et faire fondre. Vous pouvez aussi trouver dans le commerce ou chez certains savonniers des préparations toutes prêtes (ICI par exemple). Un procédé que nous avons, chez nous, remplacé par une solution à base de cendres. Très facile à réaliser, mono composant ou presque : il ne faut que de l’eau et de la cendre.


Durant l’été 2020, nous profitons du retour d’une de nos balades pour aller visiter une véritable savonnerie.

C’est ainsi que, perdus dans les bois, à la limite du petit village de Plufur, nous avons rencontré Bruno dans son laboratoire de La savonnerie de l’intendant, avec son produit Le Vrai Marseillais / Savon breton artisanal. Ce père de famille a lâché sa vie d’avant pour fabriquer lui-même son savon et les vendre, entre autres, sur les marchés.

Après une visite du laboratoire et une explication sur les ingrédients qu’il utilise, il a proposé aux enfants de faire leur propre savon. Ils ont eu à choisir le moule pour la forme, découper le « boudin » de savon à la sortie de la presse et former à la bonne taille les savons suivant leur forme.

En prime, Bruno nous a expliqué, toujours avec autant de passion, que pour développer un peu le marché, il se lançait dans la personnalisation avec les initiales ou autre écrit sur les savons. Les enfants ont donc leur savon personnalisé.

Pour finir, nous avons fait un tour dans son magasin de vente… une pièce pas comme les autres qui cache une histoire royale. La maison qu’il habite serait en fait l’ancienne maison du percepteur de taxes du château de Rosambo de l’autre côté de la forêt.

Une boutique où vous allez pouvoir retrouver les produits de la savonnerie de l’intendant, mais aussi des productions de confrères.

Je vous laisse le lien vers le site marchand de Bruno ici, n’hésitez pas à aller à sa rencontre il est passionnant à écouter. Site internet ICI

Nous ne sommes pas des spécialistes des huiles essentielles, ou des produits dit alternatifs, mais pouvons échanger avec vous sur nos « expériences » à la maison.


Liens et raccourcis utiles:

Voici le lien vers la Savonnerie de Bruno https://levraimarseillais.fr/

Lien vers la fiche bilan du TPE 2019 Lycée St Paul ICI

Vous pourrez trouver ICI ou LA un récapitulatif des vertus des huiles essentielles. Attention les huiles essentielles sont à utiliser avec précaution

Le lien vers le site marchand Sérial-Kombi mais d’autres marques le proposent aussi

Le lien vers la cabine de plage Décathlon, là aussi d’autres distributeurs et fabricants proposent des équivalents

Lien vers le site marchand de SLE, une petite boutique à Belfort Sports Loisirs Équipements (c’est aussi important de consommer local)


En espérant que ces quelques lignes vous aurons plu. Ne pas hésiter à Commenter et à Partager.

Abonnez vous à ArnO pour suivre nos aventures !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.