A la pêche aux moules moules moules !

Il est un petit plaisir que nous avons à chaque passage en Bretagne. Celui de profiter de l’estran, la place laissée par la marée quand elle est basse, pour emporter épuisettes et crochets à la rencontre des habitants comestibles des rochers !

Les fruits de mer c’est bon et on ne loupe jamais une occasion d’en manger quand on est face à l’océan, ou a peine plus loin.

La photo de droite date de notre voyage Entre mer et montagne.

La photo de gauche c’est justement cet été durant le périple escalade en Bretagne C’est chaud la Bretagne.

Notre petit coin de paradis pour cette pratique, c’est la baie de Locquirec où se jette le Douron qui fait frontière entre les Cotes d’Armor et le Finistère et la baie de Plestin-les-Grèves sous le regard du Grand Rocher.

Entre les deux, la grève des curés, la pointe de Plestin, la plage de Porz Mellec ou le petit port de Beg Douar laisse un champ des possibles impressionnant pour qui veut gratouiller du rocher. Je sais d’habitude cette expression est plus utilisée par les grimpeurs… mais là, ça marche aussi pour la pêche à pied.

Ce que nous aimons par dessus tout, c’est la pêche aux coques. Petit fruit de mer à la coquille blanche, bombée et striée. Elle contient une petite noix charnue et ferme accompagnée d’une languette de corail.

Pour pécher cette pépite, rien de plus simple, un petit croc, un petit saut ou un panier. Il faut gratter le sable sur une faible profondeur pour faire ressortir la bestiole. Elle se présente fermée. Si vous en trouvez des pleines, « gueule » ouverte, à même le sable, ne les prenez pas.

A la maison, il vous suffira de laisser les coques dégorger dans de l’eau froide salée le temps d’une nuit. Certains disent que deux heures suffisent… allons, c’est les vacances on n’est pas pressé.

Pourquoi les laisser dégorger, juste pour qu’elles retirent de façon naturelle le sable qu’elles auraient à l’intérieur de la coquille.

Que faire de cela après ? Les recettes se bousculent sur le net, en persillade, en marinière, à la crème, au curry… Je vous conseille le site Chef Simon. Mais il en existe beaucoup d’autres.

Si vous n’arrivez pas à pêcher vous même, que vous ne pouvez pas, que vous avez aqua-poney, mais que vous aimez tout de même les fruits de mer, vous pouvez aussi passer par un producteur qui livre en 24h à domicile des produits frais. Dans ce cas, pour vous, la bonne adresse sera Luximer à Saint-Quay-Portrieux, c’est de l’autre côté de la bosse bretonne (par rapport à Plestin-Les-Greves, juste à côté de Saint Brieuc.

Nous les faisons cuire dans de l’eau avec un peu d’herbes et d’échalotes suées avec du beurre. Vous pouvez y ajouter un peu de vin blanc aussi pour relever le goût. Versez un peu d’eau avec un volume variable suivant les accompagnements déjà présents.

La cuisson n’est pas longue. Dès que les coques s’ouvrent c’est prêt. 5 minutes de cuisson suffisent. Attention, si un coquillage reste fermé après cuisson, ne pas l’ouvrir. La bestiole n’est pas bonne.

Si vous avez eu la pêche plus grosse que le ventre et qu’il vous reste des coquillages dans la casserole, vous pouvez les décoquiller pour d’autres utilisations : une quiche, des coques en crème, des bouchées aux fruits de mer…

Lors de la pêche, il faudra bien veiller à ne pas prélever trop de coquillages. Faire attention à leur taille. Pour les coques, c’est 2.7cm minimum. Les moules sauvages elles, c’est 4cm. Il ne faut pas prélever les étrilles sous la taille de 6.5cm… Il existe de nombreux outils pour savoir les tailles minimales. Des règles, des pieds à coulisse, des tablettes. Il suffit bien souvent de demander à l’office du tourisme de coin, la capitainerie ou certains magazines (même pas spécialisés).

Cette année, nous avons voulu passer un level supplémentaire et débuter la pêche aux crevettes et au étrilles. On a mis toutes les chances de notre côté en prenant du matériel super pro, en écoutant les pêcheurs, en lisant sur internet…

L’idée était d’aller dans les bassines d’eau laissées par la marée en se retirant. Au cœur des rochers, avec une petite épuisette… de glisser le filet contre le caillou et de remonter un volume certain de petites crevettes grises. Celles qui restent grises même une fois cuites et que l’on mange entières. Nous en avons vu des gens qui rentraient avec la besace pleine de ces petites crevettes. Il doit y avoir du potentiel !

Ça c’est sur le papier. Parce que dans la vraie vie… ben au bout de quatre heures de pêche et autant de désillusions nous avons récolté un petit bol de crevettes… Il faut là aussi faire attention à la taille, et relâcher les plus petites. Nous n’avions gardé que les plus longues…

Bilan de la journée : un bol de crevettes et après cuisson certaines qui deviennent roses. Comme celles du commerce.

Prise d’informations faite au rayon poissonnerie de l’hypermarché le plus proche… oui en passant j’y suis allé au culot. Il s’agissait de crevettes bouquets : le fin du fin de la crevette. Dixit le poissonnier de l’hyper.

La différence est subtile… mais elle est là.

Non satisfaits de ce premier essai, nous y retournerons le lendemain… avec le même volume de récolte. Notre technique ne doit pas être la bonne, ce n’est pas grave, apprenons durant l’année, regardons des tutos… et retournons-y la saison prochaine !

Pour ne pas se laisser abattre, nous avons aussi investi dans un petit outil pour chercher des étrilles, des tourteaux et des araignées de mer. C’est quoi la différence ?

Voici deux ou trois photos issues du net. Oui je n’avais pas d’appareil sur moi à ce moment-là.

Comment différencier tout cela ?

Les termes « tourteau » et « crabe » sont tous les deux des noms communs. Les crabes, famille à laquelle appartiennent les tourteaux, sont des décapodes (dix pattes, les deux dernières étant les pinces), appartenant à l’espèce brachyoure (brachyura). Cette famille se décline en plusieurs sous-catégories, la plus connue pour nous étant celle du tourteau commun et… de l’araignée de mer.

L’araignée de mer se distingue du tourteau par la grandeur de ses pattes, bien plus longues, mais des pinces plus petites et fines, ainsi qu’un corps moins robuste en apparence, en forme de poire ou de cœur. L’araignée de mer possède aussi de nombreux poils afin de se camoufler dans son habitat constitué d’algues et sa carapace est constituée de nombreux reliefs. Elle n’est pas de la famille des crabes.

Une fois ce point technique passé, concentrons-nous sur la pêche. Le lieu est repéré. La marée calculée. Nous sommes en fin de saison, mais ce n’est pas grave on y va tout de même. Voilà deux heures de pêche et un panier a peine rempli. De quoi faire une belle soupe ce soir après cuisson des bestioles.

Une fois à la maison, la cuisine prête à nous recevoir pour la préparation de la soupe, un vent, un soulèvement, que dis-je, une rébellion, un débat oppose les pros soupes et les pros « tu touches pas aux animaux, ils sont trop mignons ». Tenant coûte que coûte, je persiste à vouloir cuisiner, il en va de mon honneur de chef de famille.  Bon cela nous aura fait une belle balade et j’ai relâché les bestioles le lendemain dans la mer.


Pour finir cette page, voici une série de liens vachement utiles… En tout cas cela passe le temps:

Quoi qu’on mange Pour les photos et Naturasanton Pour les photos aussi (crevette bouquet).

L’océan à la bouche Toujours pour les photos et Chef Simon Encore pour les photos (crevette grise).

Chef Simon pour la photo de coques après récolte Lien ici

Chef Simon pour des idées de recettes à base de fruits de mer Lien ici aussi

Livraison de fruits de mer partout en France chez Luximer

L’office de tourisme de la baie de Morlaix pour Locquirec ICI

L’office du tourisme de la côte de Granit rose pour Plestin-les-Grèves EST LA


En espérant que ces quelques lignes vous aurons plu. Ne pas hésiter à Commenter et à Partager.

Abonnez vous à ArnO pour suivre nos aventures !

3 commentaires sur “A la pêche aux moules moules moules !

  1. Bonjour !
    Cela ne vous a pas dérangé de piquer une photo sur mon blog Quoi Qu’on Mange sur WordPress sans en mentionner la provenance !!!
    https://quoiquonmange.wordpress.com/2019/07/22/la-vraie-crevette-bouquet-fraiche/
    C’est un peu fort je trouve. C’est trop facile de voler les articles ou les photos des autres pour vous les approprier, cela s’appelle du vol de droit d’auteur. Il y a des lois qui nous protège. Alors si vous ne la retirez pas, je porterai plainte auprès de la police comme j’ai déjà dû le faire pour d’autres.
    Savez-vous ce que la contrefaçon est un délit civil passible de dommages et intérêts et un délit pénal passible d’emprisonnement de deux ans et d’une amende de 150 000€. La contrefaçon couvre toutes les reproductions et diffusions illicites non autorisées sans le consentement de l’auteur. Article L 335 – 2 CPI ainsi que l’Article L 122-4 du Code de la Propriété intellectuelle.
    Je repasse dans quelques jours, soit vous enlevez la photo, soit je vous fais contacter par mon avocat.
    Merci par avance
    Passez une bonne soirée

    J’aime

  2. C’est re-moi, bon je suis confuse je n’avais pas lu votre article jusqu’au bout et je vois que vous avez mentionné le blog.
    Je suis partie au quart de tour, cela fait plusieurs fois que des copier/coller complets de mes articles sont faits et la moutarde m’est montée au nez.
    Encore toutes mes excuses !!!
    A part ça, c’est vrai que ces crevettes et autres produits de la mer sont si bons que l’on se régale sans commune mesure, surtout quand c’est pêché par soi-même.
    La Covid nous empêche d’aller ses derniers temps en Bretagne alors cela fait plusieurs mois que nous ne nous sommes pas régalés de ces crevettes bouquets si délicieusement savoureuses.
    Belle soirée. Viviane / Quoi qu’on mange ?

    J’aime

    1. Bonjour, nous « n’empruntons » jamais de photo sans donner des sources. Habituellement, nous envoyons un message pour donner l’information. C’était au programme de la journée. Vous aurez tout de même ce petit mail. Il n’y a pas de problème pour votre message précèdent, nous partageons votre avis.

      Aimé par 1 personne

Répondre à ArnO'Lilian Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.