Jura’moureux

Oui je sais, souhaiter partir en week-end alors que nous rentrons d’un mois et demi de baroude, c’est un peu déplacé… Et pourtant c’est ce que nous avons fait !

L’article vous sera servi très vite dès finalisation, mais cet été, nous avons voyagé loin et longtemps. quarante-quatre jours de vadrouille nous entrainant jusqu’au Portugal avec notre fidèle Arno et nos non moins fidèles enfants… Et c’est là que le bas blesse. Ils n’étaient pas aussi ravis que nous de voyager et de faire plein de truc méga cools que nous adorons faire. Des vias, de l’escalade, des randos, des visites. Du coup en rentrant, nous avions un petit sentiment de frustration au fond du cœur. Non pas que ce que nous avons fait ensemble durant un mois et demi n’était pas bien, au contraire même. Mais il nous manquait un petit quelque-chose. C’est pour cela, alors qu’il nous restait une semaine de vacances, que nous avons déposé nos chérubins chez leurs copains et copines respectifs et que nous sommes partis en amoureux, avec notre infatigable Sixa, pour trois jours de montagne au cœur du Jura.

Nous ne voulions pas partir trop loin, mais faire des choses jamais vues. Notre dévolu c’est donc crashé contre les parois des vias ferrata du Jura. Pratique que nous adorons et que vous pouvez à loisir découvrir dans nos articles Des vias comme s’il en pleuvait ou Qui a la plus longue… ou encore Entre mer et montagne.


C’est un jeudi midi que nous quittons la Haute Saône pour cheminer vers Moirans en Montagne, première étape de notre micro aventure et la Via ferrata du Lac de Vouglans (c’est le petit nom de la via).

Cette via n’est pas très dure. Sa marche d’approche plus que raisonnable avec (en gros) 5 minutes d’accès à la via depuis le parking et presque autant de retour.

A notre arrivée sur place, nous apprenons qu’une jeune ferratiste vient de faire un malaise et que Dragon 39 est en opération de sauvetage avec l’organisation d’une DZ (Drope Zone= zone de largage). Heureusement, rien de grave, et nous apprendrons par la presse le lendemain que la victime s’en sort bien et sans séquelle.

Nous prendrons le chemin du départ après les manœuvres de secours.

L’accès à la via est payante. La contribution est de deux euros par personne. Une location de matériel est possible sur place si besoin.

Nous ne boudons pas notre plaisir et en profitons pour agrandir notre liste de vidéos dédiées aux vias ferrata que nous parcourons (lien Youtube ICI).

La chaleur est forte, le soleil plus que radieux. La via n’est vraiment pas difficile. La plus grande difficulté pour nous, qui sommes grands, venait de l’écartement plutôt faible entre les barreaux de pieds et ceux de mains. Une bonne nouvelle pour les ferratistes de petite taille. C’est vrai qu’en regardant le panneau d’information de la via, il est bien précisé qu’elle est accessible dès 1,25 m, alors que souvent la taille mini est entre 1,35 et 1,40 m… Ceci explique cela !

Nous en profitons au passage pour prendre la petite variante dite Aérienne. Elle est un peu plus haute sur la roche, donne un peu plus de sensations de « gaz » et dispose d’une belle échelle ascendante.

Le soir venu, nous quittons ce magnifique paysage pour nous rendre un peu plus à l’Est en direction de Morez, notre via du lendemain… Mais nous en profitons tout de même pour prendre un peu de bon temps et cuisiner du pavé de saumon grillé. Qui a dit que vie en van et bon repas ne vont pas de paire?


C’est donc sous un ciel un peu gris que nous nous retrouvons à la sortie de la capitale lunettière du Jura.

La via n’est pas très loin du centre ville. Le départ se loge au pied d’une ancienne carrière de calcaire.

Il y a trois parcours :

° L’initial qui correspond au cheminement historique de cette via et qui demande entre 1h30 et 2h00 pour être enchainé. Ce parcours sort de la carrière par le haut et poursuit sa course sur différentes petites faces plus ou moins verticales avant de finir au niveau d’un belvédère sur les hauteurs de Morez.

° L’athlétique, qui profite d’une belle verticalité légèrement déversante sur un pan de la carrière avant de proposer une tyrolienne remontante. A mi-parcours de cette tyrolienne, il faut attraper le câble pour se tracter jusqu’à l’arrivée. Un effort qui n’est pas à sous-estimer. Après 30 ou 40 m de parcours, cette section rejoint le parcours initial et demande de reprendre le cheminement complet. Cette variante ajoute entre 15 et 20 minutes au le parcours initial.

° Le ludique, qui reste sur le bas de la carrière et qui serpente d’un flanc à l’autre. Rien de compliqué, avec une succession de passerelles plus ou moins stables et une grande tyrolienne d’une soixantaine de mètres à la fin. La tyro demande une poulie type Tandem Speed. Il faut compter entre 15 et 30 minutes pour effectuer cette boucle. Contrairement au cheminement athlétique, cette boucle est indépendante. Il est même possible de prendre un échappatoire/accès, pour ne pas faire ou ne faire que la tyrolienne.

Nous aurons fait les trois parties de la via dans la matinée. Arrivés au belvédère, il faut revenir à pied au départ en suivant un bon chemin de randonnée. Nous sommes partis à gauche là-haut pour arrivée au centre ville. Il est possible de prendre à droite pour revenir vers le bas de la ville qui est un peu plus proche du parking. L’accès était gratuit, nous n’avons pas vu de droit de passage sur le panneau. Il y a une cabane de location de kits de via pour ceux qui n’en disposent pas.


Étant tôt dans la journée et ayant bien profité des deux vias de ces dernières heures, nous prenons un peu de temps avec notre belle Sixa en nous arrêtant non loin de Chapelles des Bois et nous lançons dans une petite bouclette… qui accumule tout de même 3h de marche, 300 m de D+ et 10 km au compteur.

Le ciel est clément, le cadre magnifique. La petite montée vers le rocher Bernard se fait sans piège. De là-haut, la vie est vraiment belle. Après la croix de la Roche Champions la descente est un peu raide, mais un câble permet de se rassurer dans les passages délicats.

Durant tout le parcours, le chronomètre nous a pressé. Nous avons pris rendez-vous au restaurant en amoureux pour le soir-même à Pontarlier. Nous avons une heure de route et envie de prendre une douche dans une cours d’eau ou un lac. Et la petite bouclette que j’ai vendue à Sophie n’est pas si bouclette que cela au final.

Quand tu es un peu concon mais que tu assumes !!

Après un petit moment de toilette au bord du lac de Saint Point, nous voici sur la route pour Pontarlier, histoire de retrouver un petit restaurant découvert une semaine plus tôt en rentrant de Thonon. Nous avions promis un resto aux enfants en échange d’une nuit supplémentaire en van et nous avions atterri à Côté Pont. Un petit restaurant chaleureux d’une vingtaine de places qui propose une carte unique midi et soir. Une entrée, un plat, un dessert. Vous combinez ces trois éléments du repas comme bon vous semble. Nous avions adoré la cuisine, fine et savoureuse à en lécher les assiettes ! Les enfants qui rêvaient d’un burger maison avec des frites, un peu moins. Du coup, nous avions un peu moins de scrupules d’y retourner sans eux.


Nous sommes déjà samedi matin, il est temps de rentrer, mais nous décidons tout de même de passer par la via ferrata des Échelles de la mort. Un endroit que nous adorons. Une magnifique via dans un cadre incroyable au bord du Doubs. La difficulté est modérée, mais rien n’est donné tout de même.

Il faut compter entre 1h15 et 1h40 pour faire le parcours de 500 m suivant le monde sur place et votre niveau de pratique. Il y a une chouette tyrolienne à la fin qui s’effectue avec une poulie de type Speed.

Nous profiterons encore de ce cadre incroyable pour passer la pause de midi au bord du Doubs avant de prendre la route de la maison et les retrouvailles avec nos enfants.


Infos utiles

Lien vers la page VIA LE REGARDOIR LAC DE VOUGLANS sur Viaferrata.net.

Lien vers l’Office du tourisme Terre d’Émeraude.

Lien vers la page LA ROCHE AU DADE MOREZ sur Viaferrata.net.

Lien vers l’Office du tourisme Haut-Jura.

Lien vers la page LES ECHELLES DE LA MORT CHARQUEMONT sur Viaferrata.net.

Lien vers l’Office du tourisme du DOUBS.

Pour en savoir plus sur le restaurant Côté Pont Maison de cuisine.


Écrit par Lilian le 02/09/2022


En espérant que ces quelques lignes vous aurons plu. Ne pas hésiter à Commenter et à Partager

Abonnez-vous à ArnO pour suivre nos aventures !

Retrouvez-nous aussi sur Facebook et sur YouTube

2 commentaires sur “Jura’moureux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.